Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 17:49

 

http://www.africatime.com/data/nouvelles/180187.jpg
Communiqué 

 

Depuis quelques mois l'affaire Munyemana  est revenue au devant de l'actualité. Après avoir lu les déclarations de ce dernier et de ses soutiens, nous avons décidé de relancer l'activité du Collectif Girondin pour le Rwanda. Il  était en effet plus que temps d'intervenir publiquement face à de tels propos. Nous en avons assez de voir cet individu se présenter comme la victime de prétendus « règlements de comptes » sur la base de « fausses accusations », ce qui revient à salir la mémoire des victimes du génocide des Tutsi du Rwanda ou encore des militants désintéressés qui ont agi dès 1994 pour informer sur la réalité du génocide et des responsabilités de certains hommes politiques français dans cette histoire.

C'est pour cela que nous nous sommes présentés devant l'hôpital de Villeneuve sur Lot pour rappeler les nombreuses accusations qui continuent de peser sur le Docteur Munyemana. La présomption d'innocence est un principe mais elle ne doit pas se transformer au fil des années en une sorte d'absolution de fait. Cela fait quinze ans qu'une première plainte a été déposée contre le Docteur Munyemana.  Nous continuerons d'interpeller les pouvoirs publics français à ce sujet. On ne peut proférer de belles paroles telles que « la France ne sera jamais un sanctuaire pour les auteurs de génocide » et faire semblant d'ignorer la réalité qui est celle de la paralysie de la justice française dans toutes ces affaires.

C'est pourquoi, si nous prenons acte de la décision du 4 février de renvoi pour complément d'information au 4 juin 2010, de la cour d'appel de Bordeaux, en réponse à la demande d'extradition visant Sosthène Munyemana, nous rappelons que ce tribunal ne se prononcera nullement sur le fond de l'affaire et qu'une éventuelle décision de refus d'extradition ne pourrait être interprétée en ces termes. En tout état de cause, la justice française devra se prononcer en instruisant les plaintes déposées en France depuis 1995 et qui ne sont pas éteintes.

Nous appelons enfin les militants associatifs, syndicaux et politiques à la plus grande vigilance face à la stratégie de « victimisation » adoptée par le  Docteur Munyemana  et ses soutiens : les vrais défenseurs des droits de l'homme doivent s'informer sur le fond de cette affaire et ne peuvent se laisser instrumentaliser par des individus qui distillent des discours négationnistes qui ont pour fonction d'occulter la réalité historique du génocide.
 

Bordeaux, le 5 février 2010

Collectif girondin pour le Rwanda

Partager cet article

Repost 0
Publié par Cauri33 - dans Communiqués
commenter cet article

commentaires